consultant en finance
Publié le - 1363 hits -

Crédit immobilier : pourquoi les emprunteurs français sont plus solides

Globalement, avec ou sans rachat de credit immobilier, les emprunteurs français réussissent à rembourser leur prêt. Par conséquent, les défauts de paiement restent à un niveau raisonnable. Alors que beaucoup de pays développés ont instauré un cadre réglementaire pour obliger les établissements financiers à ne pas accorder un prêt lorsque certains ratios sont dépassés, le nombre d’emprunteurs qui n’ont pas pu honorer leur engagement a explosé. D’après une étude publiée dans le périodique « Rue de la Banque », les banques de l’Hexagone limitent les risques en prenant plusieurs données en considération.

Les banques combinent les ratios DSTI et LTV

Le DSTI (debt service to income) appelé aussi « taux d’effort », montre le rapport entre les charges de remboursement et les revenus disponibles. Par exemple, s’il correspond à 20 %, le ménage concerné allouerait 20 % de son revenu au remboursement du crédit contracté. De son côté, le LTV (Loan To Value) ou le « Taux d’apport personnel » est le rapport entre le montant du prêt et la valeur du bien à acheter. Ainsi, s’il atteint 100 %, l’emprunteur compter financer la totalité de l’acquisition par un crédit.

L’étude souligne que pour un LTV supérieur ou égal à 100 %, le taux d’effort consenti par les prêteurs est plus faible par rapport à un LTV situé entre 95 et 100 %. Autrement dit, les établissements de crédit acceptent un LTV élevé lorsque les capacités de remboursement sont élevées. De même, si on compare les opérations dont le taux d’effort est supérieur à 36 % à celles avec un taux situé entre 33 et 36 %, le LTV est plus élevé dans la deuxième catégorie. En somme, si l’emprunteur dispose d’un revenu élevé, la banque valide son crédit, même si le taux d’apport personnel est faible.

Les analystes ont dépouillé 850.000 dossiers de prêts pour parvenir à ces résultats. Ils concluent que les établissements de crédit français prennent des risques raisonnables et les défauts de paiement sont maintenus à un niveau acceptable.